Problème

À l’occasion de la COP21 à Paris, le groupe Avril a souhaité faire un événement pour mettre en avant sa démarche et ses projets qui vont dans le sens d’un moindre impact environnemental de ses activités. Le groupe faisant parti de l’initiative Solution 21, créée pour que les industriels puissent faire connaître leurs solutions contre le changement climatique, c’est dans ce cadre qu’ils ont communiqué.

C’est pourquoi il a été demandé au BIPE, mandaté pour son expertise et indépendance, de fournir sa vision des impacts de l’alimentation sur le climat, aujourd’hui et à 2030, ce au niveau mondial, différencié par région, produit et tout au long de la chaîne de valeur, et ainsi fournir les éléments nécessaires au groupe pour justifier de sa démarche.

Solutions

Nous avons adopté une démarche systémique pour appréhender l’ensemble du périmètre, du champ à l’assiette. Les émissions actuelles ont ainsi été reconstituées, et projetées à 2030, à l’aune des effets de quatre transitions à l’oeuvre : démographique, alimentaire, agraire et climatique. La consommation de protéines étant la principale source des émissions, celles-ci ont été particulièrement détaillées.

Résultats

L’étude a permis d’estimer la part globale de l’alimentation dans les émissions de gaz à effet de serre, et de mettre en évidence que ce poste d’émission ne diminuerait pas, même dans les scénarios les plus optimistes des différentes transitions d’ici à 2030. Notre approche détaillée par région et produit a permis à Avril de prouver la pertinence de ses projets, et a débouché sur une conférence de presse qui a eu lieu pendant la COP21.

+

Publié le: 10-05-2016