Objectifs :

  • Mesure du degré de contrainte économique et prévisions des dépenses d’assurance maladie (ONDAM)
  • Prévisions des différents segments du marché pharmaceutique et de la clause de sauvegarde, sous hypothèses clairement explicitées et chiffrées
  • Analyse politique à court et à moyen terme de la régulation du système de santé et des solutions possibles : les conséquences pour le médicament

L’assurance-maladie au rendez-vous de 2017 :

LLa LFSS 2016 a été très semblable aux quatre années précédentes concernant la régulation du médicament : la fixation d’’un ONDAM (objectif national de dépenses maladie) très ambitieux et l’absence de réforme pour le système de remboursement ont conduit à demander au médicament (qui pèse 15% de l’ONDAM) près de 60% des économies totales. L’année 2015 avait même marqué un durcissement avec l’instauration d’une clause de sauvegarde L à -1%, englobant quasiment toute l’innovation, y compris en ATU. La LFSS 2017 qui sera votée à l’automne 2016 risque d’être semblable aux précédentes. Mais ensuite ? Il faudra bien changer de méthode pour sortir du déficit chronique de l’assurance-maladie : -5 à -6 Mds€ prévus en 2016, le 28ème déficit consécutif ! Comment financer la forte demande de santé (papy-boom, hausse des ALD à âge égal, coût de l’innovation) ? Quelles perspectives va-t-on donner au secteur du médicament ? L’Observatoire Pharmacie du BIPE, tout en analysant rigoureusement les données de l’année en cours, s’efforce d’éclairer la problématique de fond de la prochaine législature.

Analyser la conjoncture économique, mesurer objectivement l’intensité de la maîtrise des dépenses, suivre l’ONDAM en cours d’année et, finalement, prévoir l’évolution du marché pharmaceutique dans les différents segments de la clause de sauvegarde, est le rôle que l’Observatoire Conjoncture Pharmacie du BIPE joue pour ses adhérents.

Cet Observatoire du BIPE rassemble, depuis 1995, de nombreux groupes pharmaceutiques. Il présente un diagnostic des dépenses maladie et du marché du médicament, ainsi que les prévisions correspondantes, reposant sur des hypothèses clairement explicitées. Ainsi, les adhérents disposent, tout au long de l’année, d’une analyse complète et indépendante. De plus, l’équipe du BIPE est toujours à leur disposition pour leur donner l’appui technique nécessaire et aborder dans le détail certains points.

Chacune des trois réunions (fin mars, fin juin et mi-octobre) inclut le programme complet suivant :

  • prévisions macroéconomiques et des comptes de la Sécurité sociale ;
  • prévisions des dépenses d’assurance-maladie par poste et de l’ONDAM ;
  • prévisions du marché pharmaceutique et de la clause de sauvegarde ;
  • analyses sur le médicament et les acteurs (État, Cnamts, prescripteurs, distributeurs, complémentaires, patients) : données, rapports, études, faits d’actualité sont partie intégrante de notre travail d’analyse indépendante.

Livrables :

  • Le document complet est envoyé aux participants et facilement réutilisable en interne (nombreux slides) ;
  • Entre les réunions, des notes d’actualisation sont envoyées en fonction de la conjoncture (3 ou 4 par an) ;
  • Enfin, l’adhésion inclut un service permanent, par e-mail ou par téléphone sur tous les sujets « économie du médicament » traités dans le cadre de l’Observatoire.

+

Publié le: 07-02-2017